N°3 - Pressostat de contrôle du fonctionnement des ventilateurs - niv. 4

N°3 - Pressostat de contrôle du fonctionnement des ventilateurs - niv. 4
En formation de niveau 3 (CAP), on n'étudiera pas ce §, ni les suivants.



Les ventilateurs des CTA sont fréquemment entrainés par un jeu de poulies-courroie.

1

La rupture de la courroie d’entraînement d’un ventilateur est un risque qu’il faut contrôler, sous peine de laisser fonctionner sans charge le moteur électrique.

Remarque : sur le contrôle de la courroie d’entraînement du ventilateur on pourra consulter le § « Poulies courroie des ventilateurs ».

Afin de s’assurer de la non rupture de la courroie d’entraînement, le caisson du ventilateur est en général équipé d’un pressostat de contrôle de la dépression  à l’aspiration du  ventilateur, signe de son bon fonctionnement.

1

Le contrôle d’une dépression anormalement faible (voire nulle) arrêtera le moteur et enclenchera une alarme. Il est bien sûr possible par ailleurs de coupler à cette action la fermeture d’un ou plusieurs registres, l’arrêt d’un autre ventilateur, etc.

Notons une ambiguïté : si le pressostat contrôle une dépression anormalement faible, voire nulle, il arrête le moteur; comment est-il alors possible de le démarrer puisque qu’avant son démarrage, la dépression est nulle?

En fait, l’action du pressostat de contrôle de la dépression est temporisée. Le pressostat n’arrêtera le moteur que s’il est constaté une dépression anormalement faible 10 à  60 secondes après la mise en route du moteur. Le contact est dit "temporisé". La temporisation est en générale réglable.

Remarque: lorsque le moteur du ventilateur est piloté par un variateur de vitesse, le temps de temporisation devra être fonction de la durée de la rampe de mise en régime.

Question

Q1: Si vous en avez connaissance, donnez un exemple de contrôle qui doit être temporisé pour permettre la mise en route ou la remise en route d’un équipement.

Exemple 1 :
Le fonctionnement du moteur d’une pompe peut être conditionné à la détection effective d’un débit contrôlé par un débitstat « flow switch ».
Pour pouvoir la mettre en route, ce contrôle est temporisé.
Ainsi, si l’on met par erreur la pompe en fonctionnement alors que le circuit est sectionné par un robinet fermé, elle s’arrêtera au bout de quelques dizaines de secondes et sera ainsi protégée.

Exemple 2 :
Pour éviter un « court cycle » sur une machine frigorifique à la suite de l’arrêt du compresseur, il est démarré une temporisation de quelques minutes pour empêcher le redémarrage trop rapide du compresseur en cas de nouvelle demande de froid par la régulation.