Chargement...

N°7 - Les postes de déperditions - niv 3 à 4

N°7 - Les postes de déperditions - niv 3 à 4

On distingue 3 postes de déperditions :

- Les déperditions surfaciques (par les parois verticales et horizontales)
Ces pertes de chaleur représentent 40 à 50% des déperditions dans le neuf (bien isolé) à 60 à 70% dans l’ancien (moins isolé).


- Les déperditions linéiques ou ponts thermiques
Ces pertes de chaleur interviennent au niveau des liaisons entre dalles, murs extérieurs, cloisons, etc.. Elles représentent environ 10% des déperditions dans l’ancien, et jusqu’à 30% dans le neuf.

ponts thermiques

- Les déperditions par infiltration et renouvellement d’air
Ces pertes de chaleur sont correspondent aux entrées d’air neuf extérieur nécessaires au confort des occupants et à la conservation des bâtiments. Elles sont de l’ordre de 20 % des déperditions.
Autrefois, l’aération s’effectuait simplement par l’ouverture intermittente des fenêtres. Aujourd’hui, les systèmes d’aération modernes limitent l’entrée d’air froid extérieur au minimum nécessaire.

VMC

VMC (ventilation mécanique contrôlée simple flux)

A noter que les installations de ventilation mécanique contrôlées (VMC) font pénétrer l’air d’aération dans les pièces à vivre (séjour, chambre) et l’extraient par les locaux humides, ou « de service », cuisine WC, salle de bain.

réduction des déperditions

La réduction des déperditions est évidemment synonyme de diminution des factures de chauffage, mais elle est aussi source de confort. En effet, en hiver, moins les parois extérieures sont isolées plus elles sont froides et de ce fait, pour une même température de chauffage un local mal isolé est ressenti plus froid qu’un local bien isolé.


Question

Q1 : Expliquez pourquoi il risque d’apparaitre des traces de moisissure particulièrement dans les angles d’une cuisine ou d’une salle de bain mal isolée.

Les angles des parois d’un local sont des zones de ponts thermiques. Mal isolés ces recoins seront anormalement froids et, dans les locaux humides, la vapeur d’eau s’y condensera, ce qui pourra entraîner des moisissures.

Pour éviter les moisissures dans les locaux humides, il faut bien les aérer et bien les chauffer. La bonne isolation thermique de ces locaux est donc tout à fait essentielle.



Enfin, notons que les efforts effectués pour diminuer les déperditions des locaux en hiver sont également utiles pour limiter les surchauffes en période de canicule.

canicule

L’estimation des déperditions est développée dans la sous-rubrique « Déperditions – Economies d’énergie ».



Si vous ne suivez pas un parcours automatique Xpair:

Lien vers l'ensemble des dossiers de la sous - rubrique: «Chauffage - chaudières».
Lien vers l'ensemble des dossiers de la sous - rubrique: «Déperditions - Economies d'énergie».