Chargement...

N°5 - Régulation des CTA « participant » au chauffage des locaux - niv 3

N°5 - Régulation des CTA « participant » au chauffage des locaux - niv 3

En formation de niveau 5 à 4 (CAP à Bac), on n'étudiera pas ce § ni les suivants.



Pour la régulation des CTA d’aération « participant » au chauffage des locaux (ce qui n'est pas la situation la plus courante), on distingue 2 situations:

  • La centrale d’aération assure seulement une partie du chauffage des locaux dont le complément est fourni par un système décentralisé (radiateurs, ventilo-convecteurs, etc.)
  • La centrale d’aération assure l’intégralité du chauffage des locaux (pas de système de chauffage décentralisé complémentaire)

Cette dernière situation (la centrale d’aération assure l’intégralité du chauffage des locaux) sera étudiée dans le prochain §.

Le présent § concerne la 1ère situation.



La 1ère situation (participation de la CTA d’aération au chauffage de locaux en complément d’un système de chauffage décentralisé) est en fait à considérer comme une solution particulière qu’il vaut mieux éviter. En effet elle induit un risque de conflit entre la régulation de la CTA et celle du système décentralisé.  Mieux vaut que le bureau d’étude en charge de la conception l'évite et opte pour une CTA d’aération qui ne participe en rien au chauffage des locaux (soufflage d’air neutre comme indiqué au § précédent).

On étudiera donc ce § sans se donner l’objectif de réaliser ce type d’installation, en conservant seulement l’idée de «rattrapage» d’une installation lorsqu’il s’avère « après coup » que :

  • le système décentralisé est insuffisant pour assurer seul le chauffage et qu’il existe une réserve de puissance sur la batterie chaude de la CTA d’aération.

  • la température de soufflage d’air neutre par grand froid est ressentie comme trop faible et inconfortable par les occupants (le sujet sera repris plus loin).


Si la centrale d’aération participe au chauffage des locaux, la vanne de régulation de la batterie de chauffe doit être pilotée pour faire varier la température de soufflage en fonction de la température extérieure, selon une « loi de chauffe ». Cette loi de chauffe devra être soigneusement réglée car si elle était trop élevée, il y aurait risque de surchauffe des locaux (disposant par ailleurs d'un complément de chauffage), particulièrement en mi-saison.



La régulation de la loi de chauffe au soufflage nécessite une sonde de mesure de la température extérieure en complément de la sonde de soufflage.
Le complément de chauffage nécessaire sera assuré par le système décentralisé régulé dans chaque local (par exemple des radiateurs ou des ventilo-convecteurs).

Question

Q1: Dressez la nomenclature des équipements numérotés dans l’image ci-dessus et précisez leur fonction.



Dans cette situation où la CTA d’aération n’assure pas l’intégralité des besoins de chauffage des locaux, nous constatons que la régulation de la CTA ne contrôle pas directement la température ambiante des locaux traités. Celle-ci est maintenue par la régulation du système complémentaire de chauffage (robinet thermostatique du radiateur, régulateur du ventilo-convecteur, etc.).

Les 2 régulations (pilotage de la batterie de la CTA et pilotage du système de chauffe complémentaire) ne peuvent en effet simultanément contrôler la même température ambiante, car elles pourraient alors se contredire.


Enfin rappelons que limiter la température de soufflage à 15 [°C] (au lieu des 20 [°C] indiqués ci-dessus) permet en mi-saison d’effectuer des économies d’énergie dans les bâtiments climatisés.
La loi de chauffe pourrait donc être au final celle-ci :