Chargement...

N°6 - Les planchers chauffants - niv 5

N°6 - Les planchers chauffants - niv 5

Autrefois, les planchers chauffants étaient réalisés par l'installation d'un tube d'acier "déroulé" dans la dalle de séparation des locaux à chauffer. Chaque appartement disposait d'une à deux boucles de chauffe. Le système était très inerte (lente variation de la puissance de chauffe) ce qui occasionnait d'importantes surchauffes.

planchers chauffants 1960



Aujourd'hui, les tubes sont en matière plastique. Ils sont déroulés dans une dalle flottante de faible épaisseur coulée sur une couche d'isolant. Le système est beaucoup moins inerte qu'autrefois. On réalise une boucle de chauffe par pièce, ce qui facilite le réglage des températures.

planchers chauffants 2000

Chaque boucle (ou épingle) du plancher est raccordée à 2 nourrices aller/retour appelées collecteurs ou clarinettes :

planchers chauffants

Bien réalisés, les planchers chauffants sont aujourd'hui très confortables. La température superficielle du sol ne dépasse jamais 28 [°C]. La température de l'eau est au maximum de 50 [°C] par grands froids.

Question

Q1: Expliquez pourquoi les anciens planchers chauffants pouvaient, du fait de leur grande inertie, entraîner plus facilement des surchauffes que les systèmes de chauffage par radiateurs ou par convecteurs?

L'inconvénient des anciens planchers chauffants était leur lenteur à monter et à descendre en température et donc à varier en puissance.
Aussi, il pouvait arriver que les locaux se trouvent momentanément surchauffés dès qu'ils se trouvaient ensoleillés, le temps que l'abaissement de la température de l'eau se traduise par un réel abaissement de la température du plancher.

Notons cependant que ces anciens circuits de plancher chauffant étaient et sont toujours souvent très déséquilibrés d'un point de vue hydraulique. De ce fait, il est fréquent que les circuits soient alimentés avec de l'eau plus chaude que nécessaire pour que les zones mal irriguées se trouvent quand même suffisamment chauffées (d'où les surchauffes constatées dans les zones bien irriguées).