Chargement...

N°3 - Loi de chauffe réelle - niv 4 à 3

N°3 - Loi de chauffe réelle - niv 4 à 3

En formation de niveau 5 (CAP), on n'étudiera pas ce §, ni les suivants.



La loi de chauffe réelle est toujours différente de la loi de chauffe théorique définie par le bureau d'étude. La surpuissance (usuelle) des émetteurs amène le technicien d'exploitation à  abaisser le haut de la loi de chauffe en fonction des surchauffes constatées dans l'immeuble chauffé.

Par ailleurs, les défauts d'équilibrage, les pertes en ligne entraînent des écarts de température entre les locaux chauffés. Ces écarts sont nuls en début et fin de saison de chauffe et au maximum par grands froids.

Le technicien d'exploitation est alors obligé de rehausser le haut de la loi de chauffe de telle sorte que les zones mal irriguées ne soient pas trop mal traitées.

photo 1

Ces ajustements de la loi de chauffe peuvent se calculer (voir dossier à  venir : " Réglage de la loi de chauffe et des ralentis ") mais s'effectuent le plus souvent par petits ajustements successifs.

Par ailleurs, en fin de saison, les occupants supportent souvent mal que leurs émetteurs soient froids (particulièrement dans les zones suralimentées habituellement trop chauffées). Le technicien d'exploitation est souvent amené à rehausser le pied de la loi de chauffe.

photo 2

Ces hausses de fin de saison ne sont bien sûr pas souhaitables d'un point de vue de la consommation. En théorie, le chauffage pourrait même être arrêté pour des températures extérieures de l'ordre de + 15 [°C].



La température de non chauffage (TNC)

La TNC est la température extérieure au-dessus de laquelle les circuits de chauffage pourraient être à  l'arrêt, les températures intérieures de 20 [°C] étant alors obtenues grâce aux apports gratuits intérieurs (cuisine) et extérieur (soleil).
Certains régulateurs prévoient une option TNC qui arrêtera automatiquement le chauffage.

En théorie, la TNC pourrait être programmée entre 15 et 18 [°C]. En pratique, les techniciens d'exploitation n'utilisent cette fonction que si elle ne génère pas de plaintes des occupants, ce qui est rare dans le secteur des logements.

Question

Q1: En dessous de quelle température de surface des radiateurs les occupants ont-ils la sensation que leur chauffage est à l'arrêt?
Justifiez votre indication.

Pour une température ambiante de 20 [°C], la température de la peau de nos mains est aux environs de 30 [°C]. En conséquence, toute surface à une température inférieure à 30 [°C] nous semble non chauffée. En réalité, un radiateur alimenté avec de l'eau à 30 [°C] chauffe encore un local à 20 [°C].

Remarque complémentaire : La sensation au contact d'une surface " froide " est aussi fonction du matériau touché et de la facilité qu'il présente à véhiculer la chaleur (conductivité thermique). Ceci explique pourquoi un carrelage nous semble au contact toujours " plus froid " qu'un plancher.