Chargement...

Le comportement thermohydraulique des émetteurs

Le comportement thermohydraulique des émetteurs

Comme nous le verrons au § suivant, il sera possible de diagnostiquer et d’évaluer les défauts d’équilibrage par la mesure des températures de retour des différentes antennes du circuit audité. Commençons par rappeler le comportement thermohydraulique des émetteurs de chauffage à eau chaude.


La puissance d’un émetteur est fonction de l’écart de température entre sa surface d'échange et l’ambiance.
La température de surface extérieure de l’émetteur est égale à la température moyenne entrée/sortie de l’eau.
On pourra sur le sujet étudier le dossier « Sélection des émetteurs ».

Sur une installation correctement dimensionnée et parfaitement équilibrée, tous les émetteurs présentent la même température moyenne.

Exemple de situation thermique d’une installation bien équilibrée (sans prise en compte des pertes en ligne) :



Notez sur l'installation ci-dessous, parfaitement équilibrée, la présence de pertes en ligne sur la canalisation aller, puis traitez l'exercice qui suit.

Question

Q1: Expliquez aussi simplement que possible pourquoi sur l'installation dessinée ci-dessus, malgré des températures d’entrée et de sortie différentes, les 3 émetteurs chauffent de façons « identiques ».

Les 3 émetteurs ci-dessus chauffent de "façons identiques" car ils présentent tous la même température moyenne :
Emetteur 1 : (60,5 + 49,5) / 2 = 55 [°C]
Emetteur 2 : (60 + 50) / 2 = 55 [°C]
Emetteur 3 : (59,5 + 50,5) / 2 = 55 [°C]

Un émetteur (ou un groupe d’émetteur) sous-alimenté présente une température de sortie moins élevée que les autres. En effet, l’eau y circule plus lentement et a « le temps de s’y refroidir ». A l’extrême un émetteur très mal alimenté présente une température d’entrée correcte et une température de sortie quasiment égale à celle du local chauffé.
Cela ne veut surtout pas dire qu’il chauffe bien, au contraire le radiateur est « froid en moyenne ».

Question

Q2: Sans parler de débits, expliquez pourquoi l’émetteur n°1 ci-dessus « chauffe moins » que le n°2.

L’émetteur n°1 « chauffe moins » que le n°2 car sa température moyenne est plus faible que celle du n°2.
Emetteur 1 : (80 + 50) / 2 = 65 [°C]
Emetteur 2 : (80 + 60) / 2 = 70 [°C]

Visualisons dans la vidéo ci-dessous la situation d’un émetteur sous alimenté (mettre le son).


Source : « Apprendre le chauffage et l’équilibrage sur Simulateur».

Lien pour télécharger la version de démonstration ou acheter le : « Simulateur chauffage et hydraulique».




Un émetteur (ou un groupe d’émetteur) suralimenté présente une température de sortie plus élevée que les autres, car l’eau y circule plus rapidement et donc « n’a pas le temps de se refroidir beaucoup ».
En limite, un émetteur alimenté par un débit infini aura une température de sortie quasiment égale à celle d’entrée. .
Cela ne veut surtout pas dire qu’il ne chauffe pas car au contraire l’émetteur (ou le groupe d’émetteur) sera « bien chaud ».

Question

Q3: Quel est l’émetteur ci-dessus le plus irrigué? Pourquoi?

L’émetteur n°1 est plus irrigué que le n°2 car il présente une température de sortie supérieure à celle du n°2.

Question

Q4: Sans parler de débits, expliquez pourquoi l’émetteur n°1 ci-dessus « chauffe plus » que le n°2.

L’émetteur n°1 « chauffe plus » que le n°2 car sa température moyenne est plus importante que celle du n°2.
Emetteur 1 : (80 + 70) / 2 = 75 [°C]
Emetteur 2 : (80 + 60) / 2 = 70 [°C]

Visualisons dans la vidéo ci-dessous la situation d’un émetteur suralimenté.


Source : « Apprendre le chauffage et l’équilibrage sur Simulateur».

Lien pour télécharger la version de démonstration ou acheter le : « Simulateur chauffage et hydraulique».

var s0 = new SWFObject("https://media.xpair.com/images/gefen/equi_d163n17_tb.swf","anim0","597","470","7"); s0.addVariable("quality","high"); s0.addVariable("startingPlaybackMode","1"); s0.addVariable("fileName","https://media.xpair.com/images/gefen/equi_d163n17.swf"); s0.write("video0");