N°7 - Chauffage intermittent dans le secteur tertiaire - niv. 3 à 4

N°7 - Chauffage intermittent dans le secteur tertiaire - niv. 3 à 4

Dans le secteur tertiaire, les ralentis peuvent être de 5 à 8 [K] pour atteindre 10 à 12 [K] durant les vacances scolaires pour les bâtiments d’enseignement si les circuits de chauffage sont correctement équilibrés. En comparaison d'un chauffage continu, les économies d'énergie sont alors très importantes et peuvent facilement dépasser les 20%.

Après coupure ou mise en ralenti du chauffage la chute de température ambiante ne sera pas brutale. Il sera possible d’anticiper le départ des occupants d’un bâtiment du tertiaire en réduisant le chauffage 1/2h à 1 heure avant leur départ.
A l’inverse, il est préférable de viser un retour à la température de confort au moins une heure avant le retour des occupants pour éviter un effet désagréable de parois froides car les murs remontent plus lentement en température que l’air ambiant.


Question

Q1: Représentez sur le weekend l’évolution de la température intérieure d’un bâtiment du secteur tertiaire inoccupé du samedi 19h au lundi 8h, en considérant une durée de remise en température de 3 heures, et une température minimale contrôlée de 14 [°C].

bâtiment évolution température

bâtiment évolution température

Rappelons qu’en fait, particulièrement dans le secteur tertiaire, l’heure de remise en température est généralement automatiquement déterminée par des régulateurs équipés d’une fonction d’optimisation auto-adaptative de la relance. Le calcul de l’heure de relance tient compte des températures extérieure et intérieure. Il suffit de préciser l’heure à laquelle la température ambiante de consigne devra être rétablie.

Dans l’exemple traité, le chauffage a été arrêté une heure avant le départ des occupants car la température du batiment ne baissera que lentement. Pour un retour des occupants prévu à 8h, pour éviter un effet désagréable de parois froides, il a été programmé une remontée à la température ambiante souhaitée dès 7h, une heure avant leur arrivée .


Sur les aspects techniques, l’intérêt et les pourcentages d’économies d’énergies apportées par les ralentis et le chauffage intermittent on pourra en niveau de formation 4 à 5 consulter les dossiers «Ralenti des circuits de chauffage et climatisation» et «Ralenti et économies d’énergie».


La programmation de forts ralentis ou du chauffage intermittent nécessite que les circuits de chauffage soient correctement équilibrés.

Le défaut d’équilibrage hydraulique d’une installation de chauffage se traduit par une mauvaise homogénéité des températures ambiantes dans les logements ou les ensembles de locaux chauffés ou climatisés.
Le défaut a pour origine une mauvaise répartition des débits d’eau distribués, certaines antennes se trouvant suralimentées tandis que d’autres sont mal irriguées. On peut y remédier par le bon réglage de robinets dits d’équilibrage.


1 Source Oventrop                    Source TA Hydronics


Le défaut d’équilibrage génère des durées de remise en température inégales dans les locaux selon l’irrigation de leurs émetteurs.

Lorsque sur des circuits déséquilibrés l’amplitude des ralentis est trop importante, les écarts de température ambiante deviennent inacceptables en début de période d’occupation. Cela conduit à devoir réduire voire à supprimer les ralentis.

Il découle parfois de cette difficulté la conviction que les ralentis ne peuvent pas être trop importants ou que le chauffage intermittent donne de mauvais résultats. Mieux vaudrait procéder au rééquilibrage des circuits de chauffage concernés.

Dans un bâtiment «équilibré», les baisses et les remontées de température ambiante s’effectuent de façon homogène:

équilibrage chauffage

Dans un bâtiment «déséquilibré», les baisses et remontées de température ambiante ne s’effectuent pas de façon homogène:

bâtiment température ambiante
bâtiment température ambiante

On pourra compléter sa connaissance du défaut d’équilibrage et de son traitement en étudiant la sous-rubrique «Equilibrage hydraulique».


Extrait d’une vidéo réalisée par We up sur un financement de la société MAPSEC spécialisée dans la mise au point hydraulique et aéraulique des installations de génie climatique .

Les économies d’énergies apportées par la réduction des infiltrations d’air, par les différentes technologies de générateur de chaleur et sur les installations de production d’eau chaude sanitaire seront étudiées dans le dossier à suivre.




Si vous ne suivez pas un parcours automatique Xpair:

Lien vers l'ensemble des dossiers de la sous - rubrique: «Physique-Bases technique».

Lien vers l'ensemble des dossiers de la sous - rubrique: «Chauffage - Chaudières - PAC».

Lien vers l'ensemble des dossiers de la sous - rubrique: «Déperditions - Economies d'énergie».

Lien vers l'accueil de l': « Eformation XPAIR».