Chargement...

N°8 - Pressions d'eau dans les installations de chauffage - niv 4

N°8 - Pressions d'eau dans les installations de chauffage - niv 4

 En formation de niveau 5 (CAP), on n'étudiera pas ce §.             

Dans les circuits de chauffage, le remplissage en eau consiste à monter l'eau jusqu'au point haut puis à en rajouter un peu pour " gonfler " l'installation. Ainsi on disposera d'un minimum de 0,5 [bar] sur les points hauts ce qui permettra d'y effectuer des purges.

photo 1

Evidemment en fin de remplissage, le technicien ne mesure pas la pression qui règne au point haut de l'installation. Il ne connaît que celle indiquée sur le manomètre à proximité du point de remplissage, mais il pourra en déduire la pression au point haut par la connaissance du dénivelé (différence de niveau entre le manomètre de remplissage et le point haut du circuit).
Ainsi, ci-dessus, le technicien a relevé 1,3 [bar] sur le manomètre situé en chaufferie. Il peut en déduire la pression de 0,5 [bar] au point haut, situé 8 [m] au-dessus (0,5 = 1,3 - 0,8).

Question

Q1: La pression est connue en chaufferie, les autres pressions pourront se déterminer par la prise en compte des hauteurs d'eau.
Indiquez les pressions dans l'installation de chauffage ci-dessous (pompe à l'arrêt).



Explication :
La pression de 1,5 [bar] étant connue, on peut en déduire la pression au point haut de l'installation située 9 [m] plus haut. Elle est de 1,5- 9 = 0,6 [bar]. Cette installation est donc correctement "gonflée".

Question

Q2: Pompe à l'arrêt, on mesure dans une chaufferie une pression de 3,5 [bar].
Au même moment, on mesure en un autre point du même réseau une pression de 4,7 [bar].
Quel est le dénivelé de ce point par rapport à la chaufferie?

12 [m]


Explication :

La pompe étant à l'arrêt, le différentiel de pression mesuré correspond au dénivelé. Le point sur lequel on mesure 4,7 [bar] est situé en contrebas de la chaufferie. Le dénivelé est de 47 - 35 = 12 [m].

Question

Q3: La soupape de sécurité située en chaufferie s'ouvre si la pression y devient excessive.
Dans une chaufferie située en terrasse d'un immeuble la soupape est réglée (tarée) pour s'ouvrir à 2 [bar].
En négligeant l'influence de la pompe, à quelle pression maximum pourra monter un équipement situé à 30 [m] en dessous de la chaufferie?

5 [bar]

Explication :

Lorsque la soupape s'ouvrira, la chaufferie aura atteint la pression maximale admissible de 2 [bar]. Au même instant, un équipement situé 30 [m] plus bas sera soumis à une pression de 2 [bar] + 3 [bar] = 5 [bar]

Question

Q4: La soupape de sécurité située dans une chaufferie est tarée à 4 [bar].
A quelle pression maximum pourra monter un équipement situé à 15 [m] au-dessus de la chaufferie (en négligeant l'influence de la pompe)?

2,5 [bar]

Explication : La soupape étant tarée à 4 [bar] et l’équipement situé à 15 [m] au-dessus, lorsque la chaufferie sera à son maximum de pression, l’équipement ne sera soumis qu’à : 4 [bar] - 1,5 [bar] = 2,5 [bar]

Question

Q5: En fin de remplissage en eau, on mesure dans une chaufferie 2,8 [bar] et au sommet de l'installation de chauffage une pression de 0,5 [bar].
Chaudière en température, la dilatation de l'eau entraîne une montée de la pression et on mesure en chaufferie une pression de 4 [bar].
Quelle est à ce moment la pression en haut de l'installation (en négligeant l'influence de la pompe)?

1,7 [bar]

Explication :

Des premières mesures, on peut déduire que le sommet de l'installation se situe 23 [m] au-dessus de la chaufferie (2,8 [bar] - 0,5 [bar]).
Si la chaufferie monte à 4 [bar], le haut de l'installation montera alors à 4 [bar] - 2,3 [bar] = 1,7 [bar].
Notons que l'augmentation de pression en chaufferie de 1,2 [bar] (4 [bar] - 2,8 [bar]) a lieu en tout point de l'installation. En haut de l'installation, la pression est  effectivement montée de 0,5 [bar] + 1,2 [bar] = 1,7 [bar]



Si vous ne suivez pas un parcours automatique Xpair, lien vers:
La sous - rubrique : « Physique de base – Physique appliquée » .