Chargement...

Introduction

Introduction

Les dossiers précédents de la rubrique GTB ont présenté la constitution générale d’un système de Gestion Technique, puis la technologie, le câblage et la programmation des Unités de Traitement Local, qui réalisent les tâches d’automatisme et de régulation nécessaires au bon fonctionnement des installations de Génie Climatique.

On a remarqué que ces Unités de Traitement Local, une fois programmées, fonctionnent de façon autonome. Un afficheur local, implanté en façade d’un régulateur, ou un afficheur déporté, appelé communément « pocket », suffit pour surveiller les valeurs d’entrées et de sorties, et pour modifier les paramètres.

Source siemens

Les photos montrent :

  • A gauche, l’afficheur RMZ790 enfiché sur un régulateur RMU730 de marque Siemens, gamme de produits Synco700.

  • A droite, l’afficheur déporté RMZ791, de taille plus importante, relié au régulateur par un câble, et pouvant être fixé en façade d’armoire électrique

Question

Dans l’afficheur ci-dessous le « Régime d’ambiance » actif est surligné en bleu.
Le « Régime d’ambiance » désigne l’état de fonctionnement de l’installation.
Trois régimes principaux sont courants :
- « confort » (température ambiante en présence d’occupants) ;
- « réduit » (température d’ambiance plus basse en cas d’inoccupation passagère) ;
- « arrêt » ou « hors-gel » en cas d’absence prolongée.

Interpréter les informations présentes sur l’afficheur.

Source siemens


Le régime d’ambiance actif est le régime Confort : « Conf ».
La présélection « Auto » a confié le choix du régime de fonctionnement à l’horloge de programmation (Cause : « Horloge »), qui, à l’heure de la photo, était en état de fonctionnement d’occupation, appelé régime Confort.

On se rend compte que ces afficheurs restent concis dans l’information qu’ils donnent, notamment en raison de leur faible taille et de la faible définition de l’écran d’affichage.
Le marché s’équipe maintenant d’afficheurs plus grands et mieux définis, qui restent chers en 2015.

Il est donc beaucoup plus convivial de disposer d’un poste informatique (fixe, portable ou de type tablette) pour gérer à distance les installations de Génie Climatique.
Les avantages sont indéniables :

  • Disponibilité quasi immédiate de l’ensemble des données, grâce à la rapidité d’échange des informations entre les installations éparpillées dans le bâtiment et le poste de supervision.

  • Les déplacements physiques sur l’installation sont réduits au strict minimum, à savoir aux visites de routine.

  • Convivialité d’une interface homme – machine désormais familière à tous : commande à la souris ou tactile, affichage évocateur des informations sur un écran de bonne résolution. Ainsi, plutôt que de parcourir de longues listes à la recherche d’une consigne de température de soufflage, elle est affichée, et au bon endroit, sur un fond de plan représentant la centrale de traitement d’air.

Exemple de vue synoptique :

  • Centralisation des informations depuis un outil unique. Cet outil peut être fixe ou mobile. Il peut donc s’agir de l’ordinateur de bureau placé dans le local du gardien, mais également d’un appareil nomade comme un ordinateur portable ou une tablette. De plus en plus d’applications mobiles sont également développées pour les téléphones portables. Avec cette dernière technologie, la limitation réside dans la taille modeste de l’écran, ce qui conduit les concepteurs à limiter le nombre d’informations reprises dans l’application mobile :

Source siemens

Les informations disponibles sur l’écran de ce smartphone se limitent à l’indication de la température extérieure : 4,5 [°C], au réglage actuel de la consigne de confort : 22 [°C], au mode chauffage et Eau Chaude Sanitaire.

Bien entendu, le déploiement d’une supervision a un coût : coût de l’outil informatique et coût du développement de l’imagerie. C’est ce dernier poste qui est le plus élastique. Faible pour une supervision dédiée à une gamme de produits particulière d’un constructeur, il peut devenir lourd quand il s’agit de développer une imagerie sur-mesure, à l’aide d’un logiciel ouvert.

Nous allons maintenant distinguer ces deux approches, en présentant en même temps quelques éléments de la mise en œuvre d’une supervision dédiée.

Exemple de vue synoptique :

Question

Que représentent les valeurs « 10,3 [°C] » et « 22,5 [°C] » ?
Ce sont respectivement les températures de l’air neuf et de l’air soufflé.
Il n’y a aucun risque de fausse interprétation, car les valeurs sont affichées à un endroit suggestif.

Question

L’état du thermostat antigel est-il surveillé ?
Les états des quatre pressostats « ΔP » sont-ils surveillés ?
La présence d’une cloche au-dessus du thermostat antigel témoigne de sa surveillance. En cas de risque de gel, elle s’agitera peut-être…
Les pressostats ne sont pas surveillés, autrement leur état réel apparaîtrait sous la forme d’une indication supplémentaire, par exemple : « normal », ou « défaut ».