Chargement...

N°1 - Consommation d'énergie nécessaire au chauffage - niv 3

N°1 - Consommation d'énergie nécessaire au chauffage - niv 3

En formation de niveau 5 à 4 (CAP à Bac), on n'étudiera pas ce dossier.



Dès lors que la réduction des consommations pour le chauffage ou la production d'eau chaude sanitaire d'un bâtiment doit passer par un investissement, la prévision de son amortissement financier est en général nécessaire.

Lorsque le bâtiment n'existe pas, il n'y aura d'autre solution que de prévoir la consommation d'énergie que l'investissement devrait pouvoir réduire.

Lorsque le bâtiment existe, l'exploitation des relevés de consommation et des factures correspondantes sera la meilleure solution. De toute façon, cette exploitation sera nécessaire si l'on prévoit ultérieurement d'analyser le résultat énergétique et financier de l'opération une fois réalisée.

Dans ce dossier, nous allons nous intéresser à l'analyse des consommations d'énergie de chaufferies sans production d’ECS. Cette difficulté particulière sera traitée dans le dossier « Analyse des consommations de chauffage des bâtiments existants - partie 2 ».

Chauffer un bâtiment consiste à le maintenir à une température supérieure à celle qu'il devrait naturellement présenter du fait de ses déperditions et des « apports de chaleur gratuits » tel que l'ensoleillement.

En « période de saison de chauffe », si le bâtiment ne recevait strictement aucun apport de chaleur, l’évolution de la température intérieure des bâtiments serait en lien étroit avec celle régnant à l'extérieur, plus ou moins amortie et décalée dans le temps selon l'importance de l'inertie du bâtiment.

Question

Q1: Si un bâtiment ne recevait strictement aucun apport de chaleur, sa température moyenne intérieure serait-elle comparable à la température moyenne extérieure? Pourquoi?

Si le bâtiment ne recevait strictement aucun apport de chaleur, sa température moyenne serait égale à la température moyenne extérieure.
En effet, les « 2 systèmes » seraient énergétiquement en équilibre. Ainsi, les grottes souterraines sont en moyenne aux environs de 15 [°C] qui est sensiblement la température moyenne à la surface de la planète.

Pour l’ensemble de nos bâtiments, on estime que les apports de chaleur gratuits intérieurs (occupants, éclairage, etc.) et extérieurs (soleil) assurent une température moyenne intérieure supérieure à la moyenne extérieure de l’ordre de 2 [°C].

Dès lors qu'il est souhaité le maintien d'une température intérieure supérieure à celle que permettent d’assurer les apports gratuits, apparaît le besoin de chauffage.

La puissance de chauffe nécessaire est égale aux déperditions dues à l'écart de température entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiment.

Pour maintenir le niveau dans le réservoir, il faut y amener autant d’eau qu’il en perd (voir dossier « Présentation du chauffage à eau chaude ») .

Si le débit de remplissage est égal au débit de fuite, le niveau d’eau dans le réservoir restera stable.

De même, pour maintenir la température intérieure d’un local il faut y apporter une quantité de chaleur égale à celle des fuites de chaleur (déperditions).



L'écart de température entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiment est le principal paramètre qui conditionne l'importance des consommations de chauffage.