Chargement...

2) La planète se réchauffe - niveau BP à Bac

2) La planète se réchauffe - niveau BP à Bac

Sans que l’on puisse dire si le processus est dû à une plus grande absorption du flux solaire ou à une augmentation de la « résistance thermique » de l’atmosphère, la planète est en phase de réchauffement.

Si le réchauffement en cours est totalement dû à l’activité humaine, la montée en température de 0,5 [°C]  constatée ces dernières décennies est 60 fois supérieure à ce qu’elle aurait dû être du fait de notre consommation réelle d’énergie. Pour 1 [kWh] consommé, le réchauffement constaté correspond actuellement à un dégagement de chaleur de 60 [kWh].

Si ces prochaines décennies la planète se réchauffe de 1,5 [°C] supplémentaire, la montée en température correspondra à une quantité d’énergie  250 fois supérieure à que ce que nous aurons probablement réellement consommé.

On pourra sur le sujet consulter les dossiers consacrés au réchauffement climatique en rubrique Energie (niveau bac+2 à bac+5). https://formation.xpair.com/categorie/energie_renouvelable.htm

Question

Que constate-t-on sur les photos satellites ci-dessous ?

Ces photos satellites sont à la même saison celles de l’Arctique (pole Nord) à 23 années d’intervalle. On constate une forte réduction de la banquise (gel de la mer).

Ce processus s’accélère car la couleur blanche de l’Arctique participe au renvoi vers l’espace d’une partie des rayons solaires. De ce fait, la réduction de la banquise participe en elle même au réchauffement climatique.

La montée en température au sol augmente l'évaporation de l'eau à la surface des terres et des océans et donc, selon les zones géographiques, l'intensité des sécheresses ou des précipitations.

L'énergie libérée par la condensation de la vapeur d'eau en altitude et l'accroissement de l'écart de température entre le sol de la terre et les couches supérieures de l'atmosphère augmentent le stockage d'énergie dans les couches inférieures sous forme de mouvements convectifs (tempêtes).

La réglementation RT 2012 s'inscrit dans les efforts que la France et ses partenaires européens consentent pour au moins ralentir le processus en cours.

.