Chargement...

6) Norme NFC 16600 et instruments de mesure

6) Norme NFC 16600 et instruments de mesure

La norme XP C 16 600 a pour objet de définir sous forme de diagnostic à l’attention du donneur d’ordre (propriétaire du logement) une identification par des contrôles visuels, des essais et des mesures les défauts susceptibles de compromettre la sécurité des personnes. Le diagnostic électrique défini par la norme XP C 16600 s’applique a l’ensemble des installations privatives d’immeubles d’habitation.
Cette norme a été approuvée le 26 juin 2007 par la commission U15.

Le diagnostic a pour but d’établir si une installation comporte des défauts de nature à représenter un danger potentiel d’électrisation, d’électrocution ou d’incendie. Le diagnostic est réalisé sans destruction, ni démontage sauf cas particuliers précisés dans la norme (exemple avec les points B4). Par conséquent les isolants des fils ne doivent en aucun cas être détériorés pour vérifier la nature ou la section du conducteur.

C’est une personne physique qui est chargée du diagnostic. Elle doit avoir une connaissance des risques électriques, connaître les domaines des seuils de tensions dangereuses et être, si elle est salarié d’une entreprise habilitée BR qui signifie « chargé d’intervention » et qui est l’habilitation électrique la plus appropriée.

Source Diagnostic obligatoire mémento Promotélec

La personne qui est chargée de diagnostiquer l’installation doit posséder un matériel de contrôle et de mise en œuvre.
La norme XPC 16600 recommande :

  • un mètre ruban d’au moins 3 mètres
  • un contrôleur d’isolement capable de fournir une tension de 500 volts en courant  continu et un courant de 1 [mA].
  • un contrôleur de continuité capable de fournir une tension de 4 à 24 volts et un courant de  200 [mA].
  • un mesureur de terre par mesure d’impédance de boucle de défaut et un ohmmètre de terre
  • un contrôleur de différentiels adapté aux différents calibres des DDR présents dans les installations ; 30 ; 300 ; 500 ; 650 [mA] en général
  • un voltmètre ou vérificateur d’absence de tension

Instruments de mesure électrique du diagnostiqueur :

  • Le contrôleur d’isolement : il permet de déceler les défauts d’isolement entre les conducteurs (isolants défectueux entre conducteur ou courant de fuite). Il permet de vérifier la valeur de la résistance d’isolement entre chaque conducteur actif et la terre (hors tension). Cette résistance doit être supérieure ou égale à 500 kOhms. Il vérifie l’absence totale de contact entre deux masses métalliques ou deux éléments conducteurs.

Contrôleur d’isolement (source Seton)

  • Le contrôleur de continuité :il permet de contrôler la bonne conduction électrique dans un circuit afin de vérifier si celui-ci n’est pas coupé. Cette mesure s’appelle une mesure de « continuité ». Elle sera principalement utilisée pour vérifier la continuité des conducteurs de protection (communément appelé « circuit de terre »).

Contrôleur de continuité (source Seton)

  • L’ohmmètre de terre (mégohmmètre ) : il permet de faire une mesure précise de la résistance de terre. Il est nécessaire pour réaliser cette mesure de disposer de piquets auxiliaires et de terrain. En recréant un circuit entre la prise de terre et le piquet par lequel l’ohmmètre injecte un courant, une différence de potentiel pourra être mesurée et la résistance de la prise de terre déduite

Contrôleur de terre (source FLUKE)

  • Le mètre ruban : il permettra de mesurer dans le cas des locaux contenant une baignoire ou une douche les différentes zones et le respect des distances imposées normativement.
  • Le multimètre ou voltmètre : il permet de mesurer le niveau de tension tout en sélectionnant le bon calibre (voltmètre, courant alternatif) avant toute connexion. Il existe également des appareils appelés (VAP) vérificateurs d’absence de tension qui permettent de vérifier si un circuit est soumis à une différence de potentiel sans forcément en indiquer la valeur. (allumage de diodes pour signifier la présence de tension)
  • Le contrôleur de différentiel : il permet de contrôler la sensibilité de déclenchement du dispositif différentiel et par conséquence le raccordement à la terre, la position de la phase, la sélectivité des dispositifs différentiels de type AC ou A. Un commutateur sélectionne la sensibilité des différentiels 30 à 650 [mA]. Un courant de défaut de la valeur sélectionnée est « injecté » dans l’installation pour vérifier le respect du seuil de déclenchement affiché par le dispositif différentiel.

Contrôleur de différentiel (source Seton)